Wenn ich musiziere, befinde ich mich in einer anderen Welt…

« Wenn ich musiziere, befinde ich mich in einer anderen Welt. Es ist so, als ob die Musik mich gefangenhält und gleichzeitig mein Innerstes, meine Seele und meine Gedanken freigibt, um diese Musik so zu gestalten, dass man nach außen empfindet. Das ist das Wichtigste an meiner Musik : das Empfinden » ઇઉ¸
(Dana Marie Ulbrich)

 photo DanaMarieUlbrich.jpg

 photo DanaMarieUlbrich2.jpg

 photo DanaMarieUlbrich3.jpg

 photo DanaMarieUlbrich4.jpg

 photo DanaMarieUlbrich5.jpg

 photo DanaMarieUlbrich6.jpg

 photo DanaMarieUlbrich7.jpg

 photo DanaMarieUlbrich8.jpg

 photo DanaMarieUlbrich9.jpg

 photo DanaMarieUlbrich10.jpg

 photo DanaMarieUlbrich11.jpg

 photo DanaMarieUlbrich12.jpg

 photo DanaMarieUlbrich13.jpg

 photo DanaMarieUlbrich14.jpg

http://www.danamarieulbrich.com/

https://www.youtube.com/user/Putzilein1000

 

 

Hommage à la femme…

Hommage à la femme.

L’homme est la plus élevée des créatures ; la femme est le plus sublime des idéaux.

Dieu a fait pour l’homme un trône ; pour la femme un autel. Le trône exalte ; l’autel sanctifie.

L’homme est le cerveau, la femme le cœur. Le cerveau fabrique la lumière ; le cœur produit l’Amour. La lumière féconde ; l’Amour ressuscite.

L’homme est fort par la raison ; la femme est invincible par les larmes. La raison convainc ; les larmes émeuvent.

L’homme est capable de tous les héroïsmes ; la femme de tous les martyres. L’héroïsme ennoblit ; le martyre sublime.

L’homme a la suprématie ; la femme la préférence. La suprématie signifie la force ; la préférence représente le droit.

L’homme est un génie, la femme un ange. Le génie est incommensurable ; l’ange indéfinissable.

L’aspiration de l’homme, c’est la suprême gloire ; l’aspiration de la femme, c’est l’extrême vertu. La gloire fait tout ce qui est grand ; la vertu fait tout ce qui est divin.

L’homme est un Code ; la femme un Evangile. Le Code corrige ; l’Evangile parfait.

L’homme pense ; la femme songe. Penser, c’est avoir dans le crâne une larve ; songer, c’est avoir sur le front une auréole.

L’homme est un océan ; la femme est un lac. L’Océan a la perle qui orne ; le lac, la poésie qui éclaire.

L’homme est un aigle qui vole ; la femme est le rossignol qui chante. Voler, c’est dominer l’espace ; chanter, c’est conquérir l’Ame.

L’homme est un Temple ; la femme est le Sanctuaire. Devant le Temple nous nous découvrons ; devant le Sanctuaire nous nous agenouillons.

Enfin pour finir : l’homme est placé où finit la terre ; la femme où commence le ciel.
(Victor Hugo)

 

 photo ILoveYou.gif

 photo Love3.gif

 photo Love-1.gif

 photo Love3.gif

 photo Love2.gif

 photo Love.jpg

Parfois, je me dis qu’il faudrait que j’arrive à me freiner, à être plus avec ma famille…

« Parfois, je me dis qu’il faudrait que j’arrive à me freiner, à être plus avec ma famille… J’ai passé ma vie à leur dire au revoir. Vieillir, je m’en fous, c’est comme ça. Ce qui me fait peur, c’est le chagrin de ceux qui restent. Moi qui suis très croyante, je voudrais les persuader que la vie ne s’arrête pas avec la mort. »
(Michèle Torr)

 photo MichegraveleTorr-1.gif

 photo MichegraveleTorr.jpeg

 photo MichegraveleTorr-2.jpg

 photo MichegraveleTorr2-1.jpg

 photo MichegraveleTorr2.jpeg

 photo MichegraveleTorr-3.png

 photo MichegraveleTorr3.jpg

 photo MichegraveleTorr4.jpg

 photo MichegraveleTorr5.jpg

 photo MichegraveleTorr6.jpg

 photo MichegraveleTorr7.jpg

 photo MichegraveleTorr8.jpg

 photo MichegraveleTorr9.jpg

 photo MichegraveleTorr10.jpg

 photo MichegraveleTorr11.jpg

 photo MichegraveleTorr12.jpg

 photo MichegraveleTorr13.jpg

 photo MichegraveleTorr14.jpg

 photo MichegraveleTorr15.jpg

 photo MichegraveleTorr16.jpg

 photo MichegraveleTorr17.jpg

 photo MichegraveleTorr18.jpg

http://www.micheletorr.com/

 

L’amour fou, c’est celui qui vous dépossède de vous- même, tout en vous faisant croire que lui seul peut vous combler…

« L’amour fou, c’est celui qui vous dépossède de vous- même, tout en vous faisant croire que lui seul peut vous combler. La souffrance est inhérente à l’amour et que si on la refuse, on se coupe de l’amour, de la vie et, au bout du compte, de soi-même et des possibilités créatrices. »

(Françoise Hardy)

 photo FrancoiseHardy.jpg

 photo FrancoiseHardy2.jpg

 photo FrancoiseHardy3.jpg

 photo FrancoiseHardy4.jpg

 photo FrancoiseHardy5.jpg

 photo FrancoiseHardy6.jpg

 photo FrancoiseHardy7.jpg

 photo FrancoiseHardy8.jpg

 photo FrancoiseHardy9.jpg

 photo FrancoiseHardy10.jpg

 photo FrancoiseHardy11.jpg

 photo FrancoiseHardy12.jpg

 photo FrancoiseHardy13.jpg

 photo FrancoiseHardy14.jpg

 photo FrancoiseHardy15.jpg

 photo FrancoiseHardy16.jpg

 photo FrancoiseHardy17.jpg

 photo FrancoiseHardy18.jpg

 photo FrancoiseHardy19.jpg

 photo FrancoiseHardy20.jpg

 photo FrancoiseHardy21.jpg

 photo FrancoiseHardy22.jpg

 photo FrancoiseHardy23.jpg

 photo FrancoiseHardy24.jpg

 photo FrancoiseHardy25.jpeg

 photo FrancoiseHardy26.jpg

 photo FrancoiseHardy27.jpg

 photo FrancoiseHardy28.jpg

 photo FrancoiseHardy29.jpg

 photo FranccediloiseHardy30.jpg

http://www.francoise-hardy.com/

Révélée par le film « Et Dieu… Créa la femme », en 1956, Brigitte Bardot est touchée par tous les messages qu’elle reçoit pour son anniversaire.

Révélée par le film « Et Dieu… Créa la femme », en 1956, Brigitte Bardot est touchée par tous les messages qu’elle reçoit pour son anniversaire.
« C’est extraordinaire ce qu’il m’arrive… Vous ne pouvez pas imaginer ce cadeau. Je n’en reviens pas et cela m’émeut aux larmes… C’est inouï tout ce qu’on peut faire, dire, envoyer, comme cadeaux, lettres, mails… C’est extraordinaire et ces gens m’apportent une fête à laquelle je ne m’attendais pas… ».
(Brigitte Bardot)

 photo BrigitteBardot-2.png

 photo BrigitteBardot-1.jpeg

 photo BrigitteBardot.jpg

 photo BrigitteBardot2.jpg

 photo BrigitteBardot3.jpg

 photo BrigitteBardot4.jpg

 photo BrigitteBardot5.jpg

 photo BrigitteBardot6.jpg

 photo BrigitteBardot7.jpg

 photo BrigitteBardot8.jpg

 photo BrigitteBardot9.jpg

 photo BrigitteBardot10.jpg

 photo BrigitteBardot11.jpg

Ishtar, juive de culture arabe, la chanteuse Ishtar n’a cessé, d’abord avec son groupe Alabina puis en solo, de se produire tant dans son pays natal que dans les pays arabes ou dans les pays de l’est…

Ishtar, juive de culture arabe, la chanteuse Ishtar n’a cessé, d’abord avec son groupe Alabina puis en solo, de se produire tant dans son pays natal que dans les pays arabes ou dans les pays de l’est et de porter avec succès à travers le monde la rencontre de multiples cultures musicales indifféremment des conflits religieux et politiques.
De son vrai nom Eti Zach, la chanteuse est née en Israël, le 10 novembre 1968 dans la petite commune de Kiryat Ata, près de Haïfa.
Sa mère, égyptienne, est la fille d’une grande chanteuse populaire, Nora. Quant à son père, d’origine marocaine et espagnole, il est également musicien.
Avec sa sœur, elles sont donc élevées dans un milieu arabophone à la maison et hébreu à l’école.
La musique tient un grand rôle dès son enfance.
A 15 ans, elle chante déjà professionnellement.
Sa grand-mère la surnomme déjà Ishtar, du nom de la déesse de la fécondité dans les religions de l’ancienne Asie.

 photo Ishtar.jpg

 photo Ishtar2.jpg

 photo Ishtar3.jpg

 photo Ishtar4.jpg

 photo Ishtar5.jpg

 photo Ishtar6.jpg

 photo Ishtar7.jpg

 photo Ishtar8.jpg

 photo Ishtar9.jpg

 photo Ishtar10.jpg

 photo Ishtar11.jpg

 photo Ishtar12.jpg

 photo Ishtar13.jpg

 photo Ishtar14.jpg

 photo Ishtar15.jpg

 photo Ishtar16.jpg

 photo Ishtar17.jpg

 photo Ishtar18.jpg

 photo Ishtar19.jpg

 photo Ishtar20.jpg

 photo Ishtar21.jpg

 photo Ishtar22.jpg

 photo Ishtar23.jpg

 photo Ishtar24.jpg

 photo Ishtar25.jpg

 photo Ishtar26.jpg

 photo Ishtar27.jpg

Site officiel :

http://www.ishtaralabina.net/