Il y a trois sortes de violence…

« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.

La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.

La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.

Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

(Dom Hélder Pessoa Câmara)

  • Dom Hélder Pessoa Câmara, ou plus couramment, Hélder Câmara, né le 7 février 1909 à Fortaleza au Brésil et mort le 27 août 1999 à Recife, est un évêque catholique brésilien, archevêque d’Olinda et Recife de 1964 à 1985, qui est connu pour sa lutte contre la pauvreté dans son diocèse et dans le monde.

Publicités

Je suis amputé…

« Je suis amputé. Je ne refais pas ma vie, je la continue autrement… »

(Serge Rezvani)

  • Un jour, François Truffaut – qui adorait les chansons de Serge  – lui demande s’il peut utiliser une de ses chansons pour le film Jules et Jim qu’il avait alors en préparation. C’est ainsi que, en 1961, l’une de ses chansons intimistes quitte le cercle de ses amis pour rejoindre le cinéma. On y voit Serge Rezvani accompagnant à la guitare Jeanne Moreau pour la chanson Le Tourbillon de la vie. « Et François Truffaut a souhaité que j’accompagne Jeanne sur trois notes. C’est ce que j’aime dans une chanson : qu’elle reste fragile, comme si elle était inachevée. » Serge Rezvani avait en fait composé cette chanson sept ans plus tôt pour Jeanne Moreau, qui n’avait cessé de se séparer de son compagnon du moment Jean-Louis Richard, meilleur ami de Serge à l’époque. Serge y joue lui-même dans le film un second rôle, celui d’Albert, sous le pseudonyme de Cyrus Bassiak.