Les états d’âme…

Les états d’âme

L’esprit, c’est quoi ?
L’esprit petit construit petit, il voit tout en miniature.

L’esprit.
Un bon esprit vaut mieux qu’un bel esprit.

L’esprit critique.
Le sceptique, l’esprit critique est l’aristocratie de l’intelligence.

Le moral.
Quand on a le moral en compote, c’est le corps qu’il faut soigner.

La morale, c’est quoi ?
La morale n’est faite que pour ceux qui n’en ont pas.

La morale.
La vraie morale se moque de la morale.

La raison, c’est quoi ?
La raison, c’est l’intelligence en exercice.

Le caractère.
Le vrai caractère de l’homme, c’est d’être capable de raison.

L’humeur.
Vaincre notre humeur, c’est dompter notre plus grand ennemi.

La bonne humeur.
La bonne humeur est un bon compagnon de voyage.

La joie.
La plus grande joie de la vie, c’est de se sentir utile aux autres.

La gaieté.
La gaieté est la moitié de la santé.

La timidité.
La timidité est une sentinelle avancée de la pudeur.

La sensibilité.
Trop de sensibilité est source de douleur permanente.

La pudeur.
La pudeur passe, et l’amour seul demeure.

La modestie.
La modestie est le correctif de l’orgueil.

La modération.
La modération doit être le premier soin de l’homme.

La sérénité.
La sérénité des vieux est un enseignement pour les jeunes.

La tranquillité.
La sagesse ménage une heureuse tranquillité.

La félicité.
La félicité consiste dans trois points : travail, paix et santé.

Le caprice.
Les caprices sont les passions des personnes légères.

L’optimisme.
L’optimisme est l’art de se trouver heureux d’un état futur improbable.

Le découragement.
Le découragement vient toujours une minute trop vite.

Le pessimisme.
Le pessimisme est l’optimisme du pessimiste.

L’inquiétude.
Entre le désir et l’ennui notre inquiétude balance.

Le tourment.
Le tourment et le sommeil ne sont pas camarades de lit.

Les maux.
À raconter ses maux, souvent on les soulage.

Les soucis.
La vie est un long souci d’argent.

Les ennuis.
Les ennuis viennent plus vite que ne se réalisent les désirs.

La contrainte.
La liberté totale est dans l’acceptation des contraintes.

Les problèmes.
Chaque âge a ses problèmes ; on les résout à l’âge suivant.

La difficulté.
Une difficulté surmontée, une autre difficulté surgira.

Le rire.
Le rire est le saut du possible dans l’impossible.

Le sourire.
Le sourire ne coûte que le plaisir de l’offrir.

La sympathie.
La sympathie est la clef par laquelle on entre dans un cœur.

 

Femme (2)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s