Il nous appartient – quand tout nous fait défaut et que tout s’éloigne – de donner à notre vie la patience d’une œuvre d’art…

« Il nous appartient – quand tout nous fait défaut et que tout s’éloigne – de donner à notre vie la patience d’une œuvre d’art, la souplesse des roseaux que la main du vent froisse, en hommage à l’hiver. Un peu de silence y suffit. »

(Christian Bobin)

 

femme-8

 

art

femme

 

Publicités

3 réflexions sur “Il nous appartient – quand tout nous fait défaut et que tout s’éloigne – de donner à notre vie la patience d’une œuvre d’art…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s