Les éléphants…

bird

L’héritage du prince

Un prince indien avait trois fils et dix-sept éléphants. Sentant venir la mort, il appela ses enfants et leur dit :

« Je vous lègue mon troupeau.  Ali en recevra la moitié, puisqu’il est l’aîné. Toi, Vanka, tu en garderas le tiers et toi, mon benjamin, tu en prendras un neuvième. »

elephant

Puis apaisé, le vieux prince mourut, laissant ses fils plongés dans la tristesse… et la perplexité. Impossible d’obéir aux dernières volontés du père sans couper les éléphants en morceaux ! Se serait-il donc trompé ?…

Un nomade passait justement sur la piste proche, juché sur son pachyderme…

elephant-2

Les trois orphelins l’appelèrent pour lui demander conseil, et s’en trouvèrent bien : la question (et non les éléphants !) fut tranchée en un instant.

Le partage, pourtant, semblait impossible. Comment fit le nomade ?

Réponse

C’était un homme astucieux. Il prêta donc sa propre bête aux trois fils pour l’ajouter à l’héritage.

De ces 18 éléphants, il prit la moitié (9) qu’il donna à Ali, ensuite le tiers (6) que Vanka reçut et, enfin, le neuvième (2) promis au benjamin. Puis, les 17 éléphants étant distribués, il reprit le sien et s’en alla.

 

Une idée à retenir pour l’héritage de tonton Cristobal, ou de tante Ursule, n’est-ce pas ?

Bien entendu, la solution est fausse. Comme tu l’as remarqué : jamais 9 ne sera la moitié de 17, ni 6 son tiers, ni 2 son neuvième.

Mais le partage a fait trois heureux, puisque chacun a eu plus que son dû.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s